Ouvrir le menu

    Accueil > Visites et sorties > Visites > Le patrimoine > Les églises et chapelles > L'église de Cassuèjouls

    L'église de Cassuéjouls

    L’Eglise au centre du village fut construite au XV° siècle en remplacement d’une vieille église et est classée sur la liste complémentaire des Monuments Historiques.

    L'égllise de Cassuéjouls


    Aspect extérieur

    Les contreforts extérieurs de sa façade sud sont au nombre de quatre et chacun surmonté d’un personnage.

    Sur le premier, proche du porche un homme trapu et moustachu tenant un livre reposant sur la pointe du pignon, semble être un clerc lisant son bréviaire. Sur le deuxième contrefort, l’image granitique est celle d’un pèlerin de Saint Jacques de Compostelle avec sa coquille, son bourdon et son tonnelet rappelant que Cassuéjouls était sur l’une des quatre grandes voies de France menant à St Jacques en Galice, elle surmonte l’écusson aux trois fleurs de lys de la maison d’Estaing. Le couronnement du troisième conserve une belle silhouette. Le quatrième pilier ne conserve qu’une silhouette tronquée où l’on distingue les jambes à califourchon sur le faîte du pilastre.

    Cet aspect originel a été modifié par l’Abbé Maurel, curé de la paroisse de 1868à 1892. Il fit faire d’importantes réparations, quatre fenêtres fûrent ouvertes dans le mur nord et une petite rosace dans l’axe du chœur. En outre, meneaux et claires-voies furent enlevés aux deux fenêtres du chœur en 1869. Il y fût alors placé deux vitraux ; celui de droite offert par la famille Buissou, celui de gauche par la famille Teissèdre.

    Le portail fût modifié et un petit bâtiment, figurant encore, en 1884, sur le cadastre entre deux piliers de la face sud, supprimé.

    A l’intérieur

    L’édifice est formé d’une nef avec deux bas-côtés qui communiquent avec elle par trois arcades. Le chœur, plus large que la nef centrale, permet à l’assistance des nefs latérales de voir l’autel. Un beau coquillage y sert de bénitier.

    De style ogival, elle est remarquable par la beauté de ses voûtes élancées et l’ampleur de ses chœurs. Elle comporte toutes les caractéristiques de l’art gothique avec croisées d’ogives à la nef et aux bas-côtés, nombreuses nervures, liemes et formerets. La clef de voûte du chœur est frappée des trois fleurs de lys de la maison d’Estaing.

    A l'intérieur une très belle croix gothique en raquette que l’on pourrait dater de la fin du XV° siècle ou du début du XVI° siècle, taillée dans une pierre semblable à celle provenant des carrières de Vines, et percée à la base d’un trou destiné à recevoir le goujon de scellement sur son fût (scellement qui, à l’époque, était réalisé en plomb).

    Cette croix haute de 70 cm, a 40 cm de large et 22 cm d’épaisseur ; la surface de contact avec le fût constitue un cercle de 23 cm d’épaisseur.